Le meilleur des mondes, de Aldous Huxley

couv66529695

Titre : Le meilleur des mondes.
Auteur : Aldous Huxley.

Résumé :

Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d’oeuvre de la littérature d’anticipation, a fait d’Aldous Huxley l’un des témoins les plus lucides de notre temps.
Aujourd’hui, devait écrire l’auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s’abatte sur nous dans le délai d’un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d’ici là de nous faire sauter en miettes… Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

Mon avis :

Le meilleur des mondes est une histoire assez complexe… Un peu comme un essai couché sur papier et sous forme de roman. Nous n’avons pas spécialement un protagoniste dans cette histoire et c’est un des points qui m’a le plus déstabilisé je pense…

On se retrouve au départ avec un des nouveaux groupes scolaires qui intègre le centre de création d’humains, on y découvre la manière dont sont créés les Hommes et les Femmes mais également une nouvelle culture qui s’oppose en tout à notre culture : Avoir un enfant c’est mal, être vieux n’existe plus réellement, ect.

Puis par la suite, on se retrouve avec l’une des jeunes filles de cette population avec laquelle on apprend que certaines femmes peuvent encore procréer, que le mariage n’est plus de ce monde et qu’une femme qui couche avec différents hommes n’est pas une prostituée.

C’est un roman très complexe mais d’une analyse très percutante, malgré de longs passages descriptifs qui peuvent en décourager plus d’un, mais qui ne sont pas pour autant inutiles.

J’ai beaucoup aimer le principe sur lequel repose le meilleur des mondes. Il me rappelle beaucoup le schéma dystopique de certains romans comme « Divergente » et j’en passe.

Je suis néanmoins déçue par cette fin plus ou moins banale, je m’attendais à quelque chose de plus explosif et extraordinaire.

Anaïs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s