Hellixir, Pour de vrai, de Jean-Baptiste Messier [SP]

cover-578

Titre : Hellixir, Pour de vrai.
Auteur : Jean-Baptiste Messier.

Résumé :

Le vice et la vertu font le quotidien de Paul, bel homme au statut social enviable. A l’orée de ses quarante ans, il ne supporte plus ses vieux habits de Casanova compulsif, cynique et manipulateur. Après une succession de remises en causes et sur les suggestions bienveillantes de sa psy Aude au charme aristocratique, il se met en quête du grand Amour.

Lors d’un voyage en République dominicaine, il connaîtra les délices, le ciel, l’enfer et la sulfureuse Linda, au passé trouble qui a tout d’un ange déchu. Que lui réservera cette rencontre ? Paul trouvera-t-il en Linda la réponse à ses tourments ?

Mon avis :

Dès la première page, nous faisons la connaissance d’un de nos personnages principaux, Paul, un homme qui aura quarante ans au cours du roman, un homme qui semblerait devrait être mûr au vu de son âge. Paul est encore à la recherche de qui il est, peut-être suite à une enfance difficile mais il enchaîne les relations sexuelles sans pour autant s’attacher à quelqu’un. A travers la personnalité du personnage et de son quotidien, on comprend le traumatisme que ce derniers à vécu, même si cela reste malsain.

On va finir par se rendre à Saint-Domingue avec Paul, où l’on fera la rencontre de notre second et dernier personnage principal, qui s’avère être une femme, Linda, une magnifique Latine au tempérament de feu. Nos deux personnages principaux arriveront-ils à trouver le but de leur quête ? Tout cela, je ne peux vous le révéler, à vous de lire le roman pour le savoir.

Je vous l’avoue d’emblé pas que vous soyez surprise par certains de mes propos (même si j’essaie de rester objective dans mon avis), mais le roman n’a pas fonctionné sur moi, je suis passée de l’érotisme à du sexe tout cru, et je n’ai pas adhéré. Je tiens à préciser que l’auteur m’avait prévenu que ce serait très érotique. J’y ai trouvé énormément de stéréotypes (rien qu’au niveau des personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires), beaucoup trop de clichés et pour finir trop de passages sexuels : sur ce dernier point, je conçois qu’un roman érotique ne serait pas érotique sans scènes à caractère sexuel, malgré tout, il ne se passe pas une page sans que Paul ou Linda ne couche avec quelqu’un. Entre les scènes de sexe obligé, les fantasmes de notre protagoniste masculin, je me noyais sous toutes ces scènes obscènes et je n’ai pas supporté.

La plume de l’auteur est à mes yeux trop lisses, l’histoire n’est pas approfondie alors que je suis sûre qu’une romance dans ce roman aurait pu être travaillée et donner un côté plus recherché à l’histoire. Je suis passée d’un homme troublé et sans attache à un homme qui accepte le concept du mariage sans soucis… et je trouve ça incohérent à mes yeux. L’histoire finie par être trop rapide pour le nombre de pages et la conclusion arrive trop rapidement.

La fin reste jolie en soit, avec une belle morale et de la psychologie, et faire la connaissance d’un personnage supplémentaire sur les dernières pages reste innatendu et donne à l’histoire un peu d’originalité. Malheureusement, un point est venu gâché ce plaisir, une scène des plus obscènes (même si cela semble être un rêve apparemment), je ne vois pas ce qu’elle est venue faire là, je trouve cela vraiment dommage.

En conclusion, le livre reste plat, avec beaucoup trop de précipitation de la part de l’auteur dans le récit, énormément de stéréotypes et de clichés, une belle morale de fin cependant. Je ne lirais pas d’autres romans de l’auteur, et je m’excuse auprès de ce dernier que son roman n’ai pas prit avec moi.

Malgré tout, je remercie l’auteur de m’avoir fait découvrir son travail et l’encourage dans son travail, sa plume n’a pas fonctionné avec moi mais fonctionnera sûrement avec d’autres lecteurs.

Anaïs.

Publicités

Les larmes de Yada, de Lilie Bagage [SP]

Les-larmes-de-Yada

Titre : Les larmes de Yada.
Auteur : Lilie Bagage.

Résumé :

Lyon-2092
L’eau de Yada est une drogue très en vogue chez les personnes âgées : la molécule ravive leurs souvenirs.
Le temps d’un trip, Asha-70ans-rejoue la mélodie vibrante de sa jeunesse et retrouve sa vie d’antan, celle d’avant les regrets…Les souvenirs sont si réels qu’ils donnent l’illusions parfaite de les revivre…
Mais voilà que lors d’un voyage dans ses souvenirs, Asha parvient à modifier un détail dans la trame de son passé. Cela aura-t-il une répercussion sur son présent ?

Mon avis :

Le roman de Lilie Bagage, nous plonge dans le Lyon de 2092, une ville très futuriste où la crise économique a non seulement dévasté la ville mais également la population. Seul, les plus riches peuvent s’éloigner des bas quartiers et échapper aux menaces qu’a engendré la chutte de l’économie mondiale.

Dans cette ville, on y fait la connaissance de Asha, notre protagoniste féminin, une séptuagénaire qui se sent délaissée par sa famille et démunie fasse au présent et à son avenir qui se dessine malgré le quotidien difficile.

Le livre évolue avec deux points de vues, le second étant celui de Enis, notre protagoniste masculin cette fois-ci, tout aussi âgé que Asha mais qui reste fort malgré les temps durs et ses problèmes de santé. Enis est un homme qui participe à un club littéraire et c’est dans ce lieu que nous rencontrons nos deux protagonistes qui partagent ces rendez-vous semestriels. Tout deux forment le duo le plus explosif, qui parfois m’a fait rire ou pleurer, mais qui contre toutes attentes reste attachant et indispensable à notre lecture.

L’autrice a su créer un univers extrêmement riche : imaginer un paysage français dévasté par l’économie, de nouvelles technologies, l’impact d’une drogue sur les plus faibles d’entre nous ou encore la gestion financière, il fallait le faire ! Ce sont tout plein de petits détails qui permettent à ce récit de sortir du lot, et cela m’a beaucoup plu. Je n’ai jamais lu un univers aussi bien construit et complexe malgré tout, et qui reste cohérent.

Le livre m’a fait voyagé entre la France, Lyon tout particulièrement (qui est une ville que je n’ai jamais visité) et l’Inde, ici ce sera Bhopal (je vous rassure, je ne connais pas non plus) à l’aide des nombreuses descriptions : les souvenirs de Asha, ou encore le quotidien décrit par nos personnages principaux, mais aussi à l’aide de la plume de notre romancière, il faut avouer que lorsqu’on arrive dans l’Inde natale de Asha, la poésie fuse et reste un régale pour les yeux du lecteur.

La fin a réussit à me surprendre, je ne m’attendais pas du tout à une fin pareille et je la trouve finalement idéale pour ce roman.

En conclusion, ce roman fût une très bonne lecture, agréable à lire, avec une univers complexe mais cohérent, des personnages attachants et une plume poétique. Tout ces éléments font que je vous recommande chaudement ce livre.

Je remercie l’autrice, Lilie Bagage, pour le partage de son roman et sa gentillesse lors de nos échanges.

Anaïs.