Calendar girl, tome 3, de Audrey Carlan

51UqifGn6qL._SY445_QL70_

Titre : Calendar girl, tome 3 : Mars.
Auteur : Audrey Carlan.

Résumé :

Avant de s’envoler vers sa prochaine mission, Mia fait un petit séjour à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma. Elle a rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement, et cette rencontre n’est pas des plus sympathiques ! Mais la voilà à nouveau dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d’un restaurant italien.

Mon avis :

Dans un premier temps, nous retrouvons Mia à Las Vegas, en compagnie de sa petite soeur et de sa meilleure amie. Là-bas, elle rendra visite rapidement à son père, apprendra que sa meilleure amie s’occupe énormément de sa petite soeur qui dernièrement a eu quelques difficultés mais devra passer cette étape : son ex petit-ami, à qui son père doit une somme exorbitante. A ce dernier, elle devra lui remettre une certaine somme, comme convenu.

Dans un second temps, elle prendre le chemin de Chicago, pour sa troisième mission. Cette fois-ci elle devra faire la couverture de Anthony Fasiano, un PDG d’une chaîne de restauration, qui s’avère également être le restaurant favoris de notre jeune femme. Anthony lui révélera son plus grand secret et elle devra jouer la conquête de cet homme auprès de sa famille pour le couvrir.

Contrairement au second tome, celui-ci m’a beaucoup plu. On y retrouve non seulement Wes, et donc une relation explosive entre nos deux amoureux mais on nous propose également une Mia plus attachante.

Comme notre protagoniste sert d’alibi pour Anthony, qui s’avère être homosexuel, nous avons très peu de scène de sexe, qui à mon plus grand bonheur se révèle être un véritable soulagement !

Cela est resté une nouvelle fois, une lecture agréable, rapide et fluide bien que l’écriture reste simple et peu recherchée.

Anaïs.

Publicités

Calendar girl, tome 2, de Audrey Carlan

CALENDAR-GIRL2

Titre : Calendar girl, tome 2 : Février.
Auteur : Audrey Carlan.

Résumé :

Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d’un célèbre peintre français.

L’amour sur toile, tel est le titre de l’œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu’Alec est surprenant dans son travail et qu’il a cette manie si sexy d’utiliser des expressions françaises lorsqu’il s’adresse à Mia.

Mon avis :

Nous retrouvons notre protagoniste Mia à Seattle, elle se rend dans l’atelier de son prochain client qui est un artiste-peintre. Lorsque ce dernier l’a vu sur le site d’escort-girls il s’est dit « avoir trouvé sa muse ». La jeune femme se retrouve donc à poser pour se retrouver peinte sur des toiles et ces tableaux seront des nus, qui obligeront donc Mia a se mettre en phase avec elle-même et s’autoriser à des sentiment bien spécifiques.

Mon évaluation du roman a été généreuse mais uniquement pour le côté sentimental dont l’autrice nous a fait part. Si je me base uniquement sur sa relation avec Alec, je pense que le roman m’aurait énormément déçue. Dans le premier tome, notre Mia semblait camper sur ses positions, c’est une femme qui se donnait pour mission de sauver son père mais également sa petite soeur et qui ne s’autoriserait jamais à profiter de ces nouvelles rencontres, cependant son second client a su faire naître un côté touchant qui m’a permis de mon côté d’apprécier le bouquin. Mais j’ai trouvé malgré tout l’espoir que je fournissais dans cette lecture une romance très banale avec cette fameuse protagoniste qui se dit depuis le début de la saga ne pas être une prostituée mais qui a mon goût se comporte tout comme. Je m’attendais à ce qu’au fond elle respecte plus Wes que ça, mais après tout, ce n’est qu’une histoire… !

J’avais tellement envie d’oublier ce tome décevant que je me suis plongée tout de suite après dans la lecture du troisième tome.

Anaïs.

Chanson douce, de Leïla Slimani

Chanson_douce

Titre : Chanson douce.
Auteur : Leïla Slimani.

Résumé :

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Mon avis :

Une histoire juste fabuleuse qui va nous raconter l’histoire familiale de Myriam. Cette jeune mère de famille va décider de reprendre son activité professionnelle, lassée par la vie de mère au foyer. Myriam est maman de deux enfants, la plus grande une fille, le plus jeune, est un garçon. Après avoir mit un certains temps pour convaincre son mari, ils vont tout deux faire passer différents entretiens à des nourrisses, jusqu’à tomber sur la perle rare : Louise. Elle va réussir à creuser son nid dans le cercle familial, jusqu’à devenir indispensable pour les deux parents. Myriam se voit épanouie en tant qu’avocate et son mari soulagé de pouvoir rentrer à la maison sans avoir à se préoccuper des tâches ménagères que la nounou aura fait. Puis Louise devient étrange, froide, s’absente régulièrement et là le drame se produit…

Ce livre est une véritable claque. Un roman contemporain addictif et lugubre. J’ai lu ce livre en un peu plus de trois heures et j’ai tout simplement adoré. Malgré que ce ne soit pas mon genre littéraire de prédilection, je me suis abandonné dans cette histoire qui paraissait si parfaite et qui se termine si mal.

La plume de l’autrice est parfaite, elle a su choisir les mots justes pour donner ce sentiment unique à ses lecteurs et je pense que c’est ce qui m’a bouleversé autant.

A lire absolument, et impérativement !

Anaïs.

Confusion, de Cat Clarke [LC]

confusion-2221822-264-432

Titre : Confusion.
Auteur : Cat Clarke.

Lecture commune avec Librairie du bonheur. Sa chronique, ici.

Résumé :

Grace, 17 ans, se réveille enfermée dans une pièce blanche, avec une table, des stylos et des feuilles vierges. Pourquoi est-elle là ? Elle n’en n’a aucun souvenir. Et quel est ce bel inconnu qui la traite avec tant d’égards ? Coucher sur le papier les méandres de son passé lui donnera-t-il la clef de cette cage dorée ?

Mon avis :

Dans ce livre on va faire la connaissance de Grace, une jeune adolescente qu’on retrouve enfermée dans une pièce complètement maculé de blanc, dans cette pièce elle n’a qu’un lit, une salle de bain, un bureau, une chaise, des feuilles et un stylo. La personne qui la maintient enfermée dans cette pièce va la contraindre à raconter son histoire pour lui faire comprendre pourquoi elle en est là.

On découvre donc la vie et les problèmes de Grace à travers des flash-backs et lorsqu’elle écrit sur ses feuilles. Ce qui amène le lecteur à réfléchir et à s’imaginer différents scénarios. C’est un roman jeunesse que j’ai aimé lire, malheureusement j’ai su tout de suite qu’elle était la fin et mon intuition était la bonne.

Loin du coup de cœur, mais comme je le disais juste avant j’ai passé un bon moment avec cette lecture poignante et triste. Après tout ces événements, arrivée à la fin, je m’attendais à revoir Grace ou à connaître finalement le sort de Grace .

Une belle morale de fin malgré tout et je pense me laisser tenter par un prochain Cat Clark prochainement.

Anaïs.

La bibliothèque, tome 1 : Grandir, de Pauline Deysson [SP]

51rHU2LBaZL._SX326_BO1,204,203,200_

Titre : La bibliothèque, tome 1 : Grandir.
Auteur : Pauline Deysson.

Résumé :

Imaginez un monde où ni la pauvreté, ni la guerre, ni les livres n’existeraient plus. Le technomonde. Imaginez un lieu hors du temps, qui abriterait tous les rêves de l’humanité. La Bibliothèque. Imaginez que ces deux univers se rencontrent.

A 10 ans, Emilie est choisie pour devenir la nouvelle Bibliothécaire. Elle a le pouvoir d’entrer dans les rêves, et de les vivre comme s’ils étaient réels. Son premier livre la conduira sur une voie semée d’embûches, de magie et de doutes.

L’accompagnerez-vous ?

Mon avis :

Je ne saurai comment vous résumer parfaitement l’histoire de ce roman. Il est si complexe et merveilleux à la fois que je vais avoir un peu de mal à vous réexpliquer le contenu. Je vais me lancer et pardonner moi si cela ressemble à rien.

L’histoire se déroule dans un monde futuriste où la guerre n’existe pas, et où la technologie à remplacer bon nombre de choses. On y fait la connaissance de Emilie, petite fille de 10 ans, qui diffère des autres enfants (mais cela je vous laisserai découvrir pourquoi dans le roman). Elle est sur le point de passer son test d’aptitude qui la reconnaîtra ou non, capable d’avoir son Revery (un casque technologique, qui permet de faire des jeux vidéos et de cumuler ainsi des points pour pouvoir s’offrir tout ce dont elle rêve). Notre protagoniste va finir par avoir des doutes sur le Technomonde qui vont bouleverser le cours du roman.

Je ne vous en dévoilerai pas plus. Pour moi, moins vous en savez sur ce roman, mieux ce sera, plus vous vous laisserez emporter vers l’univers de l’autrice et tomberai sous le charme.

Maintenant que je vous ai parler un peu plus en détails du scénario, je vais vous parler de la plume de l’autrice, de son univers et également des personnages.

L’univers est extraordinairement bien exploité. Pauline Deysson a su aller au bout de son univers et de faire en sorte qu’il n’y ai pas d’incohérence. Le contenu de ce roman joue entre le réel et le rêve, et je vous avoue qu’en tant que lectrice j’avais parfois du mal à faire la différence tellement l’autrice est douée. Elle a su mêler le fantastique et la dystopie à merveilles, ainsi que les légendes et cela rend un superbe premier tome !

Lorsque je parle du contenu du livre, je dois vous avouer que la plume de l’autrice joue beaucoup sur la limite du rêve et réel. Je pense que c’est grâce à cela que le livre se tient. Pauline Deysson a su me faire voyager dans ses différents univers, comme le palais des sirènes, avec une écriture simple mais poétique.

Concernant les personnages, je vous avoue que l’histoire était si aboutie, que chacun des personnages dont on faisait connaissance au cours du roman avait un passif, parfois douloureux, ce qui obligeait parfois le lecteur à avoir de l’ampathie pour ces derniers. J’ai beaucoup aimé Emilie, dont on voit l’évolution au fur et à mesure du roman, mais également Cosme et Lila qui parfois avait un jugement concret et juste.

Il me tarde de découvrir le second tome de cette saga. Malgré tout, si je devais soulever un point négatif de ce roman, ce serait la longueur de certains passages mais qui sont tout de même indispensables à la complexité du roman.

Je remercie Pauline Deysson, pour le partage de son oeuvre et de sa gentillesse. Grâce à elle, j’ai pu découvrir un chef d’oeuvre que je n’aurais pas pu découvrir en librairie ou grande surface. Ce fût une agréable aventure et un véritable coup de coeur. Je vous conseille chaudement son roman.

Anaïs.

Hellixir, Pour de vrai, de Jean-Baptiste Messier [SP]

cover-578

Titre : Hellixir, Pour de vrai.
Auteur : Jean-Baptiste Messier.

Résumé :

Le vice et la vertu font le quotidien de Paul, bel homme au statut social enviable. A l’orée de ses quarante ans, il ne supporte plus ses vieux habits de Casanova compulsif, cynique et manipulateur. Après une succession de remises en causes et sur les suggestions bienveillantes de sa psy Aude au charme aristocratique, il se met en quête du grand Amour.

Lors d’un voyage en République dominicaine, il connaîtra les délices, le ciel, l’enfer et la sulfureuse Linda, au passé trouble qui a tout d’un ange déchu. Que lui réservera cette rencontre ? Paul trouvera-t-il en Linda la réponse à ses tourments ?

Mon avis :

Dès la première page, nous faisons la connaissance d’un de nos personnages principaux, Paul, un homme qui aura quarante ans au cours du roman, un homme qui semblerait devrait être mûr au vu de son âge. Paul est encore à la recherche de qui il est, peut-être suite à une enfance difficile mais il enchaîne les relations sexuelles sans pour autant s’attacher à quelqu’un. A travers la personnalité du personnage et de son quotidien, on comprend le traumatisme que ce derniers à vécu, même si cela reste malsain.

On va finir par se rendre à Saint-Domingue avec Paul, où l’on fera la rencontre de notre second et dernier personnage principal, qui s’avère être une femme, Linda, une magnifique Latine au tempérament de feu. Nos deux personnages principaux arriveront-ils à trouver le but de leur quête ? Tout cela, je ne peux vous le révéler, à vous de lire le roman pour le savoir.

Je vous l’avoue d’emblé pas que vous soyez surprise par certains de mes propos (même si j’essaie de rester objective dans mon avis), mais le roman n’a pas fonctionné sur moi, je suis passée de l’érotisme à du sexe tout cru, et je n’ai pas adhéré. Je tiens à préciser que l’auteur m’avait prévenu que ce serait très érotique. J’y ai trouvé énormément de stéréotypes (rien qu’au niveau des personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires), beaucoup trop de clichés et pour finir trop de passages sexuels : sur ce dernier point, je conçois qu’un roman érotique ne serait pas érotique sans scènes à caractère sexuel, malgré tout, il ne se passe pas une page sans que Paul ou Linda ne couche avec quelqu’un. Entre les scènes de sexe obligé, les fantasmes de notre protagoniste masculin, je me noyais sous toutes ces scènes obscènes et je n’ai pas supporté.

La plume de l’auteur est à mes yeux trop lisses, l’histoire n’est pas approfondie alors que je suis sûre qu’une romance dans ce roman aurait pu être travaillée et donner un côté plus recherché à l’histoire. Je suis passée d’un homme troublé et sans attache à un homme qui accepte le concept du mariage sans soucis… et je trouve ça incohérent à mes yeux. L’histoire finie par être trop rapide pour le nombre de pages et la conclusion arrive trop rapidement.

La fin reste jolie en soit, avec une belle morale et de la psychologie, et faire la connaissance d’un personnage supplémentaire sur les dernières pages reste innatendu et donne à l’histoire un peu d’originalité. Malheureusement, un point est venu gâché ce plaisir, une scène des plus obscènes (même si cela semble être un rêve apparemment), je ne vois pas ce qu’elle est venue faire là, je trouve cela vraiment dommage.

En conclusion, le livre reste plat, avec beaucoup trop de précipitation de la part de l’auteur dans le récit, énormément de stéréotypes et de clichés, une belle morale de fin cependant. Je ne lirais pas d’autres romans de l’auteur, et je m’excuse auprès de ce dernier que son roman n’ai pas prit avec moi.

Malgré tout, je remercie l’auteur de m’avoir fait découvrir son travail et l’encourage dans son travail, sa plume n’a pas fonctionné avec moi mais fonctionnera sûrement avec d’autres lecteurs.

Anaïs.

Les larmes de Yada, de Lilie Bagage [SP]

Les-larmes-de-Yada

Titre : Les larmes de Yada.
Auteur : Lilie Bagage.

Résumé :

Lyon-2092
L’eau de Yada est une drogue très en vogue chez les personnes âgées : la molécule ravive leurs souvenirs.
Le temps d’un trip, Asha-70ans-rejoue la mélodie vibrante de sa jeunesse et retrouve sa vie d’antan, celle d’avant les regrets…Les souvenirs sont si réels qu’ils donnent l’illusions parfaite de les revivre…
Mais voilà que lors d’un voyage dans ses souvenirs, Asha parvient à modifier un détail dans la trame de son passé. Cela aura-t-il une répercussion sur son présent ?

Mon avis :

Le roman de Lilie Bagage, nous plonge dans le Lyon de 2092, une ville très futuriste où la crise économique a non seulement dévasté la ville mais également la population. Seul, les plus riches peuvent s’éloigner des bas quartiers et échapper aux menaces qu’a engendré la chutte de l’économie mondiale.

Dans cette ville, on y fait la connaissance de Asha, notre protagoniste féminin, une séptuagénaire qui se sent délaissée par sa famille et démunie fasse au présent et à son avenir qui se dessine malgré le quotidien difficile.

Le livre évolue avec deux points de vues, le second étant celui de Enis, notre protagoniste masculin cette fois-ci, tout aussi âgé que Asha mais qui reste fort malgré les temps durs et ses problèmes de santé. Enis est un homme qui participe à un club littéraire et c’est dans ce lieu que nous rencontrons nos deux protagonistes qui partagent ces rendez-vous semestriels. Tout deux forment le duo le plus explosif, qui parfois m’a fait rire ou pleurer, mais qui contre toutes attentes reste attachant et indispensable à notre lecture.

L’autrice a su créer un univers extrêmement riche : imaginer un paysage français dévasté par l’économie, de nouvelles technologies, l’impact d’une drogue sur les plus faibles d’entre nous ou encore la gestion financière, il fallait le faire ! Ce sont tout plein de petits détails qui permettent à ce récit de sortir du lot, et cela m’a beaucoup plu. Je n’ai jamais lu un univers aussi bien construit et complexe malgré tout, et qui reste cohérent.

Le livre m’a fait voyagé entre la France, Lyon tout particulièrement (qui est une ville que je n’ai jamais visité) et l’Inde, ici ce sera Bhopal (je vous rassure, je ne connais pas non plus) à l’aide des nombreuses descriptions : les souvenirs de Asha, ou encore le quotidien décrit par nos personnages principaux, mais aussi à l’aide de la plume de notre romancière, il faut avouer que lorsqu’on arrive dans l’Inde natale de Asha, la poésie fuse et reste un régale pour les yeux du lecteur.

La fin a réussit à me surprendre, je ne m’attendais pas du tout à une fin pareille et je la trouve finalement idéale pour ce roman.

En conclusion, ce roman fût une très bonne lecture, agréable à lire, avec une univers complexe mais cohérent, des personnages attachants et une plume poétique. Tout ces éléments font que je vous recommande chaudement ce livre.

Je remercie l’autrice, Lilie Bagage, pour le partage de son roman et sa gentillesse lors de nos échanges.

Anaïs.

Féelynides, tome 1 : Attraction, de Cathy Dujardin [SP]

CVT_Feelynides-attraction_6180

Titre : Féelynides, tome 1 : Attraction.
Auteur : Cathy Dujardin.

Résumé :

Aidan doit quitter les USA où il a grandi pour suivre sa mère en Irlande pour y intégrer la prestigieuse université de Cork pour un nouveau départ. Dans cette nouvelle vie, Aidan nous entraîne dans un monde où les cauchemars et la réalité, côtoient les mythes et les légendes. Découvrez un univers dans lequel l’amitié, les secrets, les meurtres et les rebondissements se mêlent dans une incroyable épopée sur fond de brumes celtiques. « Rien ne sera plus jamais pareil ». Un nouveau héros débarque dans l’univers du fantastique, évadez vous en découvrant les aventures d’Aidan TREVOR.

Mon avis :

Ce roman nous plonge en plein milieu de l’Irlande avec ses mythes et légendes, et sa magie qui peut s’avérer parfois lugubre. Quasiment tout le roman se déroule dans ce pays, les premières pages, elles, se déroulent en Amérique, où l’on fait la connaisance de notre protagoniste Aidan. Je ne vous ferais pas un résumé du roman puisque quand je me suis plongée dedans je ne savais rien de son contenu et je crois que c’est ce qui m’a surpris finalement, et ce qui m’a également permit de voyager dans ce pays que je connaissais pas plus que ça.

La plume de l’autrice est simple mais magnifique. Tout reste dans la simplicité et c’est pour ça que ce roman, je peux le recommander aux plus jeunes (vers 13/14 ans). En plus de cela l’autrice a su intégré à son scénario des recherches et du savoir qui apporte beaucoup aux lecteurs, puisque cela m’a permis en tout cas, de mieux adhérer à l’histoire et de la comprendre. Les dialogues entre les personnages ne sont pas inutiles et apportent un sens au roman, ce qui n’est pas le cas dans tout les livres que j’ai pu lire. Cathy a su garder le suspens et le mystère jusqu’au bout et c’est ce qui pousse le lecteur à avancer un peu plus dans le roman : même après la moitié du livre, je n’en ai appris que très peu, je me suis posée plein de questions et je crois qu’à l’heure actuelle j’ai encore des questions sans réponses… On a des réponses petits à petits ce qui permet de se faire des scénarios finaux en tête.

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’autrice nous mettent à chaque début de chapitres comme une espèce de parenthèse : une fois, nous avons une pensée d’un des personnages et une autre, nous avons une définition ou la description rapide d’un lieu. Et ça, j’adore !!

Et j’en viens aux personnages, que j’ai beaucoup aimé, chacun à sa personnalité qui le rend plus ou moins spécial parce que finalement ils en viennent à compléter d’eux-mêmes l’histoire. J’ai beaucoup apprécié Flora et Ciara, deux personnages secondaires féminins, qui ne représentent pas la femme comme un personnage ridicule, mielleux et irréfléchie.

Si je devais trouver un défaut à ce livre, ce sont les coquilles dans le texte, des mots mal écrits et des phrases parfois incohérentes. Mais cela ne m’a pas empêcher d’apprécier le livre à sa jute valeur et d’en faire un de mes coups de cœur livresques de cette année 2017.

Je ne peux que vous recommander ce petit roman fantastique, qui mérite d’être reconnu en librairie par tous.

Je remercie Cathy Dujardin, pour l’envoi du service presse et pour sa confiance. J’espère de tout cœur avoir l’occasion de découvrir le prochain tome dans les mêmes circonstances que celles-ci.

Anaïs.

Vingt-cinq jours avant le chaos, de Corinne B. Dupuis [SP]

couv28281378

Titre : Vingt-cinq jours avant le chaos.
Auteur : Corinne B. Dupuis.

Résumé :

Lana vient d’avoir dix-huit ans. Au lycée elle n’a pas d’amis, et pour cause : Lana fait peur. Les profs, les élèves, la trouvent bizarre, et la cicatrice qui lui barre la joue est l’objet de toutes les rumeurs. Tout ça lui va très bien tant qu’on la laisse tranquille. Maltraitée par ses parents depuis toujours, Lana s’est forgé une armure pour se protéger du monde. Mais quand Louis, un garçon du lycée, s’intéresse à elle, elle tombe vite amoureuse. Peut-être aurait-elle dû être plus prudente… Vingt-cinq jours avant le Chaos a été désigné « coup de cœur de la rédaction » du magazine Madmoizelle lors du concours d’écriture 2016 !

Mon avis :

Le roman de Corinne B. Dupuis, nous raconte l’histoire de Lana, une jeune adolescente harcelée dans son établissement scolaire mais maltraitée également par ses parents. Elle va faire la rencontre d’une jeune fille qui lui avouera que l’élève qui l’a humilé devant tout ses camarade n’aurait pas dû le faire. Les deux jeunes filles vont se lier d’amitié et faire la connaissance de deux autres filles. Ces quatre élèves harcelées vont se venger à leurs manières.

C’est un roman court, qui fait une centaine de pages et qui traite d’un sujet qui me touche tout particulièrement. Le hasard fait bien les choses puisque je suis actuellement en plein milieu d’une série télévisée : « Thirteen reasons why ». Ce qui m’a permis de me lancer très rapidement dans ma lecture et de ne pas la lâcher.

J’ai beaucoup aimé ce roman, du début jusqu’à la fin, la situation désespérée dans laquelle se trouve Lana m’a profondément touché, voir même plus.

C’est une lecture qui m’a marqué, qui restera gravé dans ma mémoire comme bon nombre de récit de ce genre.

Le seul point négatif que je trouve à ce roman, c’est que la folie de Lana qui la touche depuis qu’elle a goûté à cette douce vengeance et devenue petit à petit malsain. Je vous avoue que j’ai eu peu au départ que la fin du récit reste malsaine également, mais l’autrice a su dévier la fin en une belle morale de fin.

La fin est appropriée, et c’est un « happy end » qui m’a agréablement surprise et que j’espérais avoir d’un autre côté.

Je remercie Corinne B. Dupuis pour le partage de son roman, qui m’a bouleversé, mais je la remercie également pour cette magnifique histoire qu’elle nous propose.

C’est un roman qui devrait être proposé dans les établissements scolaires pour sensibiliser les adolescents sur le harcèlement scolaire.

Anaïs.

Albédo, de Sébastien Fritsch [SP]

51XCOPTfIZL._SX195_

Titre : Albédo.
Auteur : Sébastien Fritsch.

Résumé :

L’amitié est ce qui reste quand on a tout perdu. Alors Nil n’hésite pas : dès que Mock le contacte, il accepte de le suivre. Même s’ils ne se sont pas dit un mot depuis quinze ans. Même si c’est pour convoyer une urne funéraire. Et même si la destination n’est autre que Ti-Gwern, cette grande maison où, quelque vingt ans plus tôt, ils étaient une poignée à partager leur jeunesse.

Nil sait pourtant qu’on n’efface pas le temps en remontant une vieille route : les rires et la musique, les vins parfumés, les regards, les désirs qui animaient tous leurs séjours dans ce lieu hors du monde, sont désormais bien loin… sans même parler de Maud.
Alors, est-ce l’amitié ou la nostalgie qui le motive à faire le voyage ? Ou devinerait-il, sans vraiment se l’avouer, que rien n’est vraiment fini tant qu’on ne s’y résigne pas ?

Mon avis :

Le roman de Sébastien Fritsch nous propose l’histoire d’Emmanuel, que l’on retrouve sous le nom de Nil, qui va aider Mock un ami de longue date avec qui il n’a pas eu de contact depuis quinze ans. Mock prendra le prétexte de disperser les cendres d’un ami proche pour reprendre contact avec notre protagoniste. C’est à ce moment que Mock disparaîtra sans laisser de trace… S’en suis toute une aventure autour de cette mystérieuse disparition.

J’ai eu beaucoup de mal à m’embarquer dans le début de l’histoire. Je ne trouvais pas le lien entre le résumé en quatrième de couverture et le contenu du roman. Malgré tout je me suis forcée à avancer et j’ai été agréablement surprise de la suite des événements.

La plume de l’auteur est agréable à lire et fluide, cependant je ne recommanderais pas le roman pour des lecteurs plus jeunes, certains termes sont beaucoup trop complexe et moi-même avec la vingtaine passée, il a fallu que je fasse certaines recherches même si cela ne m’a pas dérangé. Mais pour en revenir à ce que je disais, je ne verrais pas ce roman dans les mains d’un lecteur plus jeune.

La structure du roman est excellente, les chapitres courts et rapides, m’ont permis de lire le roman très rapidement et de faire de ce livre un bon page-turner.

Les personnages permettent au lecteur de s’immiscer dans une histoire qui s’est déroulée dix-huit ans auparavant, et qui lui arrive par bribes.

La dernière page m’a laissé sans voix, et malheureusement de manière négative, puisqu’après m’être laissé happé par ce livre je m’attendais à autre chose qu’une fin aussi simple. Ce qui me dérange le plus c’est que je ne peux même pas vous en parler puisque je vous spoilerai forcément la fin et j’aimerai que vous vous fassiez votre propre avis, mais ceux qu’ils l’ont lu, vous savez obligatoirement de quoi je vous parle.

C’est un roman profond, qui nous fais réfléchir sur l’amitié, l’amour et le non-dit. C’est quelques choses que j’ai énormément apprécié, et qui permet au public de ce livre de réfléchir sur son contenu sans pour autant s’en rendre compte forcément.

Pour en finir avec mon avis, c’est un bon roman, un bon livre, mais avec une fin qui m’a quelque peu déçue. Je vous le recommande tout de même si vous voulez voyagez et en ayant un mystère à résoudre, c’est le livre qu’il vous faut !

Anaïs.